06 69 96 58 43 [email protected]

Sens

Il est parfois des raccourcis rapides qui définissent le commandement comme une façon brutale de donner des ordres à des hommes par une autorité supérieure. Le sens de management est dans l’imaginaire collectif une manière d’organiser et de gérer un service.La première différence entre ces deux termes réside dans leurs définitions propres.

Commander fait ressortir la notion d’autorité et implique une notion de subordination. Il définit une relation pyramidale et verticale qui dicte le comportement à adapter.
Manager implique une relation plus horizontale et ne fait pas émerger la supériorité du dirigeant. Sur le plan étymologique, la différence se situe dans le rapport du chef avec ses personnels. Nous parlons d’ailleurs de subordonnés pour un commandement et de collaborateurs pour le management.

La deuxième différence réside sur l’affichage de la hiérarchie. Les grades sont portés à la vue de tous. La transparence des statuts clarifie les relations. En ce sens, le commandement est relié aux grades et la justification ou l’explicitation du rôle de chacun n’est pas utile. De plus la nomination à un poste à responsabilité suit un protocole transparent et partagé par l’ensemble des personnels.

La troisième différence est la notion d’immédiateté et de contexte. Dans l’univers militaire, l’esprit de sacrifice est intimement lié au concept du commandement et non à celui de management. En opération, dans un contexte dégradé, l’officier ne manage pas lorsqu’il suit les procédures expérimentées et utilisées maintes fois à l’entraînement. Il n’a pas le temps de manager et de gérer des relations horizontales avec ses hommes. L’application des ordres réduit les boucles d’informations entre les différents acteurs et la chaîne de commandement bien définie est rapide et efficace.

Le degré d’urgence (contrainte de temps) et un contexte dégradé (des vies en jeu) conditionnent une approche rapide et nécessaire de la transmission d’informations sous forme de directives. En ce sens, le commandement est pertinent. Lorsque la situation est moins conflictuelle, sans contrainte temporelle, l’approche plus transversale du management est préférable.

Ces principales différences orientent par conséquent l’officier ou le cadre sur sa manière de conduire ses hommes selon le contexte, les personnalités de ses personnels et sa confiance en lui. Il peut combiner les deux manières de diriger ses collaborateurs sachant que le commandement est peut-être plus aisé pour le jeune dirigeant car la distance du rapport le protège. Par contre, l’officier ou le responsable d’un service qui souhaite manager, doit veiller à réduire l’espace entre ses collaborateurs et lui-même. Cette problématique centrale sur la relation entre le dirigeant et ses personnels est complexe car elle est également dépendante des caractères et des personnalités des uns et des autres. Ainsi, il est difficile de donner des solutions clés en main pour apprendre comment commander et manager. Diriger est un art dont la toile tissée par la complexité humaine sur un environnement toujours différencié revêt d’innombrables textures.

Questions

Qu’est-ce qui différencie un corps d’armée d’une organisation civile ? Qu’est-ce qui conditionne l’une ou l’autre forme de management ? Est-il possible de conjuguer ces 2 manières de diriger ? Quelles sont les différences de leadership dans les sociétés civile et militaire ?

Éclairages

Les finalités par nature diffèrent considérablement entre une organisation d’Etat et une structure privée. Une institution militaire doit préserver la paix par une force dissuasive, alors qu’une société civile a pour but de faire des bénéfices. L’objectif ultime de l’armée de l’air est la sécurité et la protection des citoyens français ou alliés par des moyens aériens. Une entreprise ne peut se développer sans entrée d’argent. Sa logique commerciale est intéressée et centrée pour faire vivre les hommes et les femmes qui la composent. Une finalité pour une grande cause, qui transcende l’homme, repose essentiellement sur des valeurs fortes. La motivation est « intrinsèque », dans le sens ou le militaire n’a pas une récompense extérieure financière toujours à la hauteur de son engagement. La motivation est plus orientée « extrinsèque » pour les personnels de l’entreprise car elle fait appel à une logique pécuniaire.

La composition d’une équipe de subordonnés ou de collaborateurs diffère également quelque peu. La logique de la sélection et du recrutement des membres d’une équipe est contraire. Le chef d’entreprise ou les cadres supérieurs peuvent choisir leurs futurs collaborateurs. L’officier prend en main une équipe ou une unité déjà constituée, avec des hommes et des femmes qu’il n’a pas choisis, et doit composer avec les forces et les faiblesses de chacun. Je connais maintenant avec le recul la richesse de prendre en main une équipe non choisie. Ma posture a beaucoup évolué avec le temps et les personnes que j’ai eu l’honneur de diriger…

Les contextes diffèrent beaucoup. L’officier sait travailler en situation dégradée voire en situation de crise. La notion de sacrifice représente certainement la différence majeure entre le monde militaire et le monde civil. L’exposition aux risques élevés nécessite un véritable engagement de l’homme pour une cause qui le surpasse, qui dépasse son soi pour un soi collectif. L’engagement pour une entreprise est probablement moins total car les enjeux sont plus circonscrits et n’ont pas de conséquence vitale.

Un environnement parfois anxiogène favorise la solidarité et la cohésion entre les militaires. L’homme est fait pour vivre en communauté, et ses liens sont d’autant plus forts que la situation est tendue. Les cérémonies et les traditions symbolisent cette fraternité et donnent du sens aux engagements et forgent l’identité des personnels de la Défense. Les liens avec l’histoire sont très importants car ils concrétisent un continuum d’actions et de missions dans un cadre éthique dont le système de valeurs est la colonne vertébrale d’une armée. Cette ossature est relativement stable et nécessaire pour affronter les défis et les menaces actuelles. Ne parle-t-on pas de corps d’armée ?

Le contexte économique d’une entreprise est certainement difficile, surtout lorsque des crises multiples éclatent. Elles déstabilisent également les employés qui craignent le chômage et par voie de conséquence le manque de ressources pour vivre. Elles génèrent du stress et provoquent encore plus d’individualité car chacun, dans un esprit de compétition, veut sauver sa peau. Cette menace qui plane sur leur tête renforce le sentiment du « chacun pour soi ». Il en découle souvent un manque de cohésion au sein de l’entreprise. On comprend mieux l’intérêt de la société à créer un esprit d’entreprise, une identité commune avec des valeurs partagées pour traverser une période instable.

En bref

Avec l’expérience, je sais qu’être responsable d’hommes et de femmes n’est pas une science exacte mais un art ! L’art de relier les êtres humains malgré les différences, car toute personne possède des qualités et des défauts. Un manager est à l’écoute, observe, prend en compte des signaux faibles, donne du sens et est exemplaire par ses valeurs constantes… Il discerne les situations à forts enjeux dont les contraintes de temps et de vie exigent du commandement. En majeure partie, il manage et prend à cœur les potentiels de chacun pour le potentiel de l’équipe et de l’organisation…

3ba7226f4aebb60d702bff85e1720f40uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu