06 69 96 58 43 [email protected]

Un brainstorming en groupe : le carrousel

Sens

La technique du « Carrousel » diffère légèrement du brainstorming individuel car la recherche est collective dès le début et introduit plusieurs questions à la fois. Je l’anime bien souvent en début de matinée ou d’après-midi pour dynamiser le cours car les participants sont debout et tournent sur 3 ou 4 ateliers.

Questions

Quelle méthodologie suivre ? Comment l’animer ? Quel est l’objectif d’un carrousel ?

Éclairages

Méthodologie

Préparer 3 ou 4 questions essentielles très compréhensibles avant la séance. Ecrire une question par feuille de paperboard : la « question – poster ». Il est important de connaître les liens entre ces problématiques exposées, leur articulation afin de faciliter les restitutions, les débats et éclairages à venir. Noter les questions 1 à 3 ou 4. Définir un sens de rotation pour aller d’une question à l’autre.
Préciser aux participants que chaque sous-groupe (SG) possède un marqueur de couleur différent et que les réponses écrites sur la « question-poster » doivent être validées par toutes les personnes du SG.
Dès le 2ème tour, si le SG n’est pas d’accord avec une proposition écrite par un autre SG, la souligner par un trait en forme de vague. Si il est d’accord, la souligner par un trait continu.
Chaque SG a 7 ou 8 mn pour répondre à chaque question en station debout. L’ensemble des SG répond à toutes les questions.

Objectifs

Lorsque tous les SG sont passés devant chaque « question-poster », regrouper les 3 ou 4 questions-posters sur 1 seul tableau ou pan de mur pour exploiter les productions et relever les points communs et les désaccords.
Après avoir débattu des points divergents et convergents, je m’appuie sur quelques propositions du Carrousel pour valider et apporter des informations complémentaires en lien avec la problématique principale, objectif pédagogique du cours.

Animation

Faire 3 à 4 sous-groupes de 4 à 6 personnes.
Préciser où chaque SG débute le carrousel : en face de quelle « question-poster » fixée sur un pan de mur différent, dans le couloir…
Je donne du rythme, insuffle une bonne ambiance et gère le timing. Je n’interviens pas pendant cette phase sauf si c’est un problème technique ou pour expliciter une consigne.
NB : ne pas omettre de remercier tous les acteurs de ces productions et confrontations d’idées à la fin lorsque vous regroupez les 3 ou 4 posters.

En bref

Dans des temps très contraints (environ 22 à 32 mn en fonction du nombre de SG), ce type de recherche cognitive et émotionnelle, à plusieurs participants, fait émerger beaucoup d’idées nouvelles et rapproche les gens.
Ce remue-méninge collectif fait remonter des savoirs intéressants pour le formateur car les élèves/participants trouvent bien souvent des éléments de réponse qui répondent aux problématiques, donc aux attendus. C’est un très bon levier de motivation car les apprenants se sentent reconnus à travers leurs connaissances.
J’utilise systématiquement le Carrousel lors de mes interventions tellement il est efficace à la fois dans la coopération et les confrontations d’idées, que dans l’engagement très soutenu des participants qui retiennent beaucoup d’informations nouvelles de la part d’autres apprenants…

Pourquoi brainstormer ?

Sens

Artiste, le pédagogue « animateur » s’appuie sur des jeux et des exercices développant la créativité des élèves ou participants pour produire de nouvelles idées.
Par définition, un brainstorming (remue-méninge) doit faciliter l’extraction d’idées les plus extravagantes ou les plus innovatrices possibles. Ces idées sortent du périmètre professionnel parfois contraignant et limitant. C’est l’occasion d’animer une « réunion discussion production d’idées » avec divers participants. En ce sens, le thème du brainstorming ne doit pas être précisément énoncé pour éviter un phénomène de conditionnement qui restreint et limite la recherche. Ce doit être au contraire un champ de possibles extraordinaires…

Questions

Quelles sont les règles de base d’un brainstorming ? Quel est son intérêt ? Quels en sont les avantages ? Comment utiliser un tableau pour faire émerger une conscience collective ?

Éclairages

Je vous présente 6 règles d’un brainstorming qui fonctionne particulièrement bien. Je les ai testé en état-major et les utilise systématiquement dans mes interventions :

1. Focaliser l’attention des participants

Les inviter à se concentrer sur le type de production attendue. Etre pleinement présent et conscient, à l’ici et maintenant, centré et aligné. L’inconscient ouvre les portes de l’intuition et la créativité. Laisser libre cours à son imagination.

2. Ne pas juger ses propres productions

Elles doivent être accouchées instinctivement sur une feuille blanche sans chercher à les classer. Laisser sa main écrire ou dessiner sans chercher à la contrôler.

3. Laisser venir ses idées et ses pensées spontanément

Mots, verbes, expressions, croquis… Cette approche doit permettre aussi de faire ressortir des émotions, des métaphores, des schémas, des dessins… => carte blanche sur la forme en se laissant guider par son « cœur » et ses « tripes ». L’approche est holistique et systémique.

4. Informer qu’il n’y aura pas de jugement de valeur sur les idées dévoilées durant la phase de restitution collective

Ni de la part de l’animateur, ni de la part des autres participants.

5. Consacrer un temps bref (4 à 6 mn) à la réflexion et à l’introspection

Un silence respectueux est demandé.

6. Formuler par écrit le sujet sous forme d’une question au tableau au dernier moment

Après cette phase de recherche et de production libre individuelle, il est proposé 1 outil de remue-méninges sur tableau blanc.

Méthodologie

Au travers d’un tour de table et en accord avec chaque « participant-producteur », écrire sur un grand tableau chaque idée alternativement. 1 idée/personne à la fois.

Rôle de l’animateur

Je ne fais que reformuler l’idée afin qu’elle soit bien comprise par l’assemblée et la note au tableau sans la commenter. Lorsque les « sources créatrices » sont taries après plusieurs tours de table, la phase de restitution achevée, il convient de faire rassembler les productions/idées par famille en confrontant les différents avis avec le consensus du groupe.

Objectif

La phase finale consiste à établir un plan d’actions avec le groupe pour construire un projet à partir des matériaux bruts accouchés lors du remue-méninge.

Le principal intérêt est que tous les participants :

  • sont très attentionnés et concentrés par leur engagement cognitif autour de la problématique posée,
  • se sentent considérés car tous produisent de manière plus ou moins anonyme,
  • s’expriment en relative liberté. Même les plus introvertis participent car ils ne se sentent pas jugés,
  • confrontent leurs points de vue et de fait ouvrent leurs esprits,
  • rebondissent sur une idée émise par un autre participant et complètent la production d’idées,
  • aboutissent bien souvent à de bonnes réponses par la bonne question posée,
  • prennent plaisir dans ces animations car elles sortent de l’ordinaire.

En bref

L’intelligence collective qui émerge par l’interconnexion de toutes les pensées et émotions est bien supérieure à la somme de toutes les intelligences individuelles. Après la production d’idées individuelles autour d’une problématique, greffer d’autres propositions (par effet rebond) enrichit la production commune. Les stagiaires trouvent beaucoup d’éléments de réponse lorsque la problématique exposée est bien orientée !

porta. eleifend mattis id Phasellus vulputate, non ultricies ut pulvinar